Hiver

où la fin rejoint le début

La friche peut sembler terne. Les arbres et arbustes caducs sont tout à fait défeuillés, les chénopodes et les armoises se rabougrissent. Quelques irréductibles continuent de fleurir, quelques tiges rougies, quelques feuillages séchés se détachent sur fond vert, mais l’ensemble est comme écrasé, aplati. Dans cette somnolence apparente, un nouveau cycle se prépare.

des fanaisons colorent l’hiver

 

des fleurs s’attardent, d’autres se préparent

 

les rosettes des herbacées s’installent, se renouvellent

Une réflexion sur « Hiver »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s