Vicia sativa & Vicia lutea

acrobates des friches

La vesce est une acrobate des prairies et des friches. Là où on la trouve, elle se glisse agilement, s’accroche à tout ce qu’elle trouve et marie son joli feuillage à celui des autres herbacées en grimpant dedans. Volubile, elle peut atteindre plus d’un mètre de haut grâce aux vrilles qu’elle porte au bout de ses feuilles.

Petite fabacée annuelle, la vesce est la cousine du genêt et de l’ajonc – que nous connaissons bien Place des quais – mais aussi de nombreuses espèces comestibles: lentilles, pois chiches, haricots, petits pois, fèves. Elle partage avec eux une même forme de fleur (ce petit papillon coloré si caractéristique) et un même type de fruit : la gousse, le fameux haricot qui se durcit en murissant jusqu’à s’ouvrir  et laisser sortir les graines. Sous des climats plus rudes, les vesces fleurissent en fin de printemps, début d’été pour le plus grand bonheur des abeilles mais en Méditerranée, elles s’épanouissent souvent dès le mois de mars. En ce moment, on peut observer deux espèces à la Friche : Vicia sativa, la vesce cultivée et Vicia lutea, la vesce jaune.

vesce details
Les tiges volubiles de la vesce forment facilement un réseau aérien où s’épanouissent ses petites fleurs papilionacées (leur taille ne dépasse pas 2 cm).

De toutes les vesces, Vicia sativa est la plus commune. Elle faisait partie des graines semées lors de la plantation des îlots. Néanmoins, elle peut tout aussi bien venir de la banque de graines de la terre agricole apportée lors de la mise en place de cette « Belle friche des quais ». En effet, la vesce est parfois semée en période d’interculture – de la fin de l’été au début du printemps, entre deux cultures principales. En effet, son fort pouvoir couvrant permet de limiter le développement d’autres plantes non désirées (mauvaises herbes). En outre, comme toutes les fabacées, elle fixe l’azote atmosphérique en développant des nodules racinaires et contribue donc à enrichir le sol: elle est donc utilisée comme engrais vert, au même titre que le trèfle. Enfin sa teneur en protéine en fait une bonne plante fourragère.

Échappée de ce monde agricole, elle colonise facilement les bords de chemins, les clairières et les friches où, bien que discrète, elle se distingue par ses feuilles composées.

feuille simple composée
Dans la description d’une feuille, on distingue le pétiole (ci-dessus en rouge) et le limbe (ci-dessus en noir, avec la nervure centrale). La feuille est dite composée lorsque son pétiole  est ramifié, et son limbe divisé en folioles

On trouve aussi à la Friche Vicia lutea, facilement repérable à la couleur jaune pâle de ses fleurs. Mais, il y en existe de nombreuses autres, une vraie collection végétale : la vesce cracca (Vicia cracca), la vesce des haies (Vicia sepium), la vesce des moissons (Vicia segetalis) pour n’en citer que quelques unes…

differentes vesces
Pour distinguer les vesces entre elles, il faut regarder de près, voire être muni d’une loupe. On les différencie par la morphologie de leur fleur ou le nombre de folioles notamment. Chez beaucoup de vesces, les folioles terminales sont transformées en vrilles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s