Qu’avons nous manqué ?

derniers parfums de l’exubérance printanière

La fin de mars, tout avril et un peu de mai, c’est toute l’apogée du printemps méditerranéen que nous avons manquée. Mais on lit encore dans les masses verdoyantes l’effervescence végétale qui a animé la place des quais pendant ces semaines de confinement. Petit récit de ce que nous avons vu lors d’un après-midi privilégié (mais nuageux).

Continuer à lire … « Qu’avons nous manqué ? »

L’automne, ce petit printemps

pour le bonheur des butineurs…

A la faveur de fortes pluies, d’un bon ensoleillement et de températures encore douces, la friche se redresse, reprend des couleurs, offre de nouveaux feuillages plus gras, plus verts, plus brillants et des floraisons qui pourraient faire croire à un second printemps… Continuer à lire … « L’automne, ce petit printemps »

Bave, coquilles et crustacés

Petites bêtes – épisode 1

Au début il n’y avait qu’une grande dalle minérale, sur laquelle reposaient les algecos. C’était avant 2016, avant que n’apparaissent la place des quais et son jardin sauvage. Trois ans plus tard, le végétal est là, incontestablement. Mais qu’en est-il de l’animal ? Outre les chats errants, les chiens en laisse (ou pas) et les pigeons frivoles, nous avons croisé tellement d’habitants qu’il nous faudra plusieurs billets pour vous en parler. Continuer à lire … « Bave, coquilles et crustacés »

Jardiniers des racines

Véronique Mure est botaniste, ingénieure en agronomie tropicale et enseignante à l’École Nationale Supérieure du Paysage. Elle fréquentait la Friche Belle de mai bien avant l’aménagement de la place des quais et a donc suivi ce projet depuis sa genèse. Nous l’avons invitée à partager ici quelques réflexions, nourries par son expérience du lieu, sa connaissance intime des plantes ainsi que sa passion pour le jardin et le paysage. Elle nous guide dans le mystérieux monde du sol vivant.

Continuer à lire … « Jardiniers des racines »

Galerie de printemps

Avant d’être soudainement plongée dans la torpeur caniculaire de ce début d’été, la place des quais a vu passer bien du monde ce printemps. La friche paysagée a pris une belle ampleur comme on vu l’a raconté ici. Le développement végétal forme à certains endroits des fenêtres qui cadrent ce petit paysage ébouriffé. Des tableaux apparaissent où se mêlent les foisonnements humain et végétal. N’est-il pas agréable de côtoyer la belle friche des quais ?

Continuer à lire … « Galerie de printemps »

Rubus fruticosus

l’élan de la friche

La ronce déborde au delà des ganivelles, se déploie sur et sous les bancs, colonise les espaces vides, rampe sur le béton, se faufile entre les tiges des genêts. Son piquant et sa vigueur sont redoutés mais protègent. Plante pionnière sans équivalent, elle entraîne la friche dans son élan.

Continuer à lire … « Rubus fruticosus »

Dittrichia viscosa

providentielle pour l’abeille, fatale pour la mouche

Très courante, l’inule peut même devenir un brin envahissante. Les abeilles ne s’en plaignent pas. Elles profitent de sa précieuse floraison tardive, mellifère et généreuse en pollen, pour faire leurs dernières réserves avant l’hiver. 

Continuer à lire … « Dittrichia viscosa »