Hiver

où la fin rejoint le début

La friche peut sembler terne. Les arbres et arbustes caducs sont tout à fait défeuillés, les chénopodes et les armoises se rabougrissent. Quelques irréductibles continuent de fleurir, quelques tiges rougies, quelques feuillages séchés se détachent sur fond vert, mais l’ensemble est comme écrasé, aplati. Dans cette somnolence apparente, un nouveau cycle se prépare. Continuer à lire … « Hiver »

Lumbricus, Armadillidium et Dysdera

Des habitants très discrets

Pour planter les piquets colorés de l’installation « arbres en devenir », nous avons dû écarter le ballast et remuer le sol (avec précautions, et de façon très localisée). Cela nous a permis de vérifier qu’il est déjà assez habité. Continuer à lire … « Lumbricus, Armadillidium et Dysdera »

De la friche à la forêt

Que peut-on attendre du développement de la friche des quais?

En l’absence d’intervention, sous nos climats, toute friche évolue vers un état boisé. Même si la durée de ce processus varie selon les contraintes du milieu, il faut environ dix ans pour que les premiers arbres émergent franchement des strates plus basses. Parce qu’il n’était pas possible d’attendre tout ce temps, D.Onatzky et A.Marco ont opté pour une stratégie mixte, réunissant artificiellement des éléments caractéristiques de différents stades d’enfrichement. Ainsi, outre ses qualités d’usage et d’agrément, ce projet propose une expérience écologique inédite. Continuer à lire … « De la friche à la forêt »

De l’intérêt de planter les arbres petits

Plants forestiers: le choix du long terme

Dans le jargon professionnel, un plant forestier désigne un arbre ou un arbuste brièvement élevé en pépinière et planté à un stade très juvénile (souvent inférieur à 2 ans). De très petite taille (inférieure à 50cm), le plant forestier est discret. Continuer à lire … « De l’intérêt de planter les arbres petits »